SKEEN PATCH et TROUBLES FONCTIONNELS – 2. Céphalées de tension et Burn-out

Dr Paul Vo QUANG DANG, Rééducation Fonctionnelle, Institut IRMA Valenton 94 France

Les céphalées de tension

Sémiologie clinique

Les Céphalées de Tension (CT) se caractérisent par une raideur de la nuque et des maux de tête en casque, couvrant le front et les tempes.

Les patients décrivent des douleurs lancinantes comme un étau qui serre le crâne. Parfois, les douleurs sont latéralisées et se révèlent alors au niveau temporal. D’abord unilatérales, elles pourraient évoluer vers une diffusion bilatérale des 2 tempes. Des douleurs ophtalmiques avec photophobie ont été aussi observées.

Dans la majorité des cas, la violence des maux de tête relègue au second plan la sensibilité de la raideur de la nuque. La perte de la souplesse de la nuque n’est pas le premier motif de la consultation médicale des CT.

D’abord rares, les CT pourraient évoluer vers des crises de plusieurs jours pour devenir invalidantes. A ce stade, le tableau clinique se complique de psychasthénie, de somnolence diurne, de tangage, de troubles sensoriels (bourdonnement d’oreilles) ; la concentration devient impossible et la qualité de vie se dégrade.

La nuque est le siège d’une raideur sensible ; sans traitement efficace, celle-ci évolue vers des névralgies cervico-brachiales (NCB). L’apparition des NCB signe l’aggravation de la maladie de CT.

Malgré la richesse des symptômes cliniques, les examens complémentaires, biologiques et d’imagerie, sont pauvres et rendent le diagnostic difficile.

L’histoire naturelle des CT décrit une pathologie avec des douleurs graves sans diagnostic précis malgré une multitude d’examens complémentaires toujours négatifs. Il n’est pas rare de voir des patients souffrant depuis plusieurs années et errant de médecin en médecin en quête d’écoute et de traitements médicaux efficaces.

La confusion avec d’autres maladies comme la migraine est fréquente. Mais le terrain et le traitement ne sont pas les mêmes.

L’évolution naturelle des CT se fait vers l’aggravation et le patient pourrait entrer dans une autre étape de la maladie : c’est le burn-out tant redouté

Les céphalées de tension se caractérisent par des maux de tête en casque comme un étau serrant le crâne

Les céphalées de tension se caractérisent par des maux de tête en casque comme un étau serrant le crâne

Facteurs déclenchants ou aggravants

Le stress inaugure ou aggrave les CT. On remarque aussi le rôle du froid ou des courants d’air.

Physiopathologie

Mécanisme du blocage douloureux du rachis cervical

La genèse des céphalées de tension est dictée par la perte de la souplesse des muscles spinaux du rachis cervical. En comprimant les nerfs rachidiens, la contracture musculaire va provoquer la réponse algique de ceux-ci. L’œdème loco-régional survenu au niveau des muscles contracturés pourrait être responsable des névralgies.

La raideur de la nuque est visualisée sur des radiographies du rachis cervical ; la disparition de la courbure physiologique du rachis cervical dénote son blocage ; dans des cas graves, on observe même une inversion de la courbure physiologique, signant l’extrême raideur et l’extrême souffrance du rachis cervical.

1.Rachis cervical normal 2.Raideur 3. Inversion de la courbure

1.Rachis cervical normal 2.Raideur 3. Inversion de la courbure

La genèse du blocage du rachis par contracture musculaire

La raideur du rachis cervical survient lorsqu’il y a un changement de la statique de la colonne vertébrale et surtout lorsque celui-ci se prolonge.

Elle s’observe lors de la scoliose acquise, du tassement pathologique d’une vertèbre, du traumatisme rachidien ou du déséquilibre du bassin (fracture des os du membre inférieur avec raccourcissement d’un membre).

La colonne vertébrale se compose de 3 parties (cervicale, dorsale et lombaire) qui s’articulent entre elles. En bas, elle est posée sur un socle : le bassin. En haut, elle soutient la tête.

L’équilibre du bassin est fondamental et tout mouvement de ce socle impactant l’horizontalité indispensable des yeux, va entrainer une réaction de la colonne vertébrale.

La perte de la stabilité du socle (inégalité des membres inférieurs, traumatisme, chirurgie) entraîne ipso facto une réaction de corrections en chaine des 3 parties du rachis afin de maintenir la stabilité des yeux.

Souvent plusieurs corrections sont nécessaires (voir dessin ci-dessous).

Instabilité du bassin et correction automatique du rachis

Instabilité du bassin et correction automatique du rachis

Ce sont les muscles spinaux qui sont responsables des corrections automatiques. Lorsque celles-ci sont trop répétitives ou sont constantes, il y a souffrance musculaire et névralgies.

Le modèle pathologique qui illustre bien la névralgie avec contracture musculaire au niveau rachidien et algies à distance, est la sciatique : contracture musculaire au niveau du rachis lombo-sacré et douleur de projection provoqué à distance au mollet ou au pied.

Examens complémentaires

La biologie est normale.

Pas d’inflammation et pas de lésions organiques ou de masse tumorale à l’imagerie (Radiographie simple, IRM cérébrale)

La radiographie simple pourrait révéler une raideur typique du rachis cervical, parfois même une inversion de la courbure du rachis cervical.

La radiographie simple objective la raideur du rachis cervical et confirme le diagnostic de céphalée de tension

La radiographie simple objective la raideur du rachis cervical et confirme le diagnostic de céphalée de tension

Lorsque des NCB existent, l’IRM pourrait déceler une protrusion grave ou une hernie discale.
Au stade de la maladie des CT communes, on note surtout la clinique bruyante contrastant avec la pauvreté des examens complémentaires.

Diagnostic

Le diagnostic des CT est d’abord clinique.

Ce sont des douleurs spontanées en casque chez un adulte jeune. La palpation réveille des douleurs sur la face latérale du cou.

Il sera confirmé par la radiographie simple du rachis cervical qui objective la perte de sa souplesse.

Traitement

Les médicaments

Les antalgiques, même la codéine ou la morphine, ont un effet limité et de courte durée sur la contracture des spinaux.

Les anti-inflammatoires, y compris la cortisone per os, pourraient agir sur l’œdème loco-régional.

Les myo-relaxants (contre la contracture musculaire) pourraient être intéressants contre la contracture des spinaux (muscles para-vertébraux). Mais leur action est limitée et une accoutumance aux myo-relaxants arrive rapidement : elles obligent une augmentation de doses provoquant la somnolence incompatible avec la vie courante.

Les antalgiques d’action centrale (antidépresseurs, neuroleptiques) sont également prescrits au stade de la psychasthénie.

Les traitements physiques

Les traitements physiques non médicamenteux pourraient être intéressants. On cite le massage, la chaleur, la gymnastique douce, …

Le yoga, la sophrologie, … pourraient apporter une détente ou un confort à la fois physique et psychique.

La rééducation fonctionnelle

Assouplir les muscles spinaux de la nuque est primordial. Travailler et renforcer ses amplitudes.

En cas de déséquilibre du bassin, Il faut le rééquilibrer.

En cas de scoliose irréductible, établir un programme de suivi médical avec Rééducation de détente musculaire, de balnéothérapie, d’école du dos,….

Le Micro-Courant Régénératif (MCR)

C’est le traitement de choix des Céphalées de Tension.

L’appareil du MCR utilisé est le SKEEN PATCH BodyCorps

Le Micro-Courant Régénératif (MCR)

C’est un dispositif médical ayant le conformité CE médical en vigueur. C’est un appareil complet avec 3 programmes de traitement automatiques (1. Régénération, 2 : Relaxation, 3 : Œdème et Hématome). Ses programmes automatiques sont sophistiques ; 3 paramètres électro-physiologiques ont été introduits dans les programmes. Ils permettraient à intensité constante de porter le MCR en profondeurs variables sans provoquer d’effets secondaires.

SKEEN PATCH BodyCorps peut utiliser des fils (x2) reliant aux électrodes (x4) déportées pour de grandes régions à traiter. Pour de petites régions d’accès facile, l’utilisation du grand patch dentelé sans fil, à application directe est recommandée.

L’utilisateur a le choix des durées de traitements (10, 20, 30 ou 60 mn), la durée de traitement de 30 minutes étant la plus commune. Le SKEEN PATCH BodyCorps a 10 niveaux d’intensité de stimulation. L’intensité de stimulation ne dépasse pas le µA ; c’est sa particularité qui explique son efficacité.

Le dispositif médical à MCR SKEEN PATCH BodyCorps

Le dispositif médical à MCR SKEEN PATCH BodyCorps

La position des électrodes

L’application des électrodes est simple au niveau de la nuque et le haut du dos.

Le traitement nécessite de grandes électrodes 13 x 5 cm, auto-adhésives. Elles seront placées des 2 côtés de la nuque ; elles partent du bas de la nuque, au niveau de la jonction cervico-dorsale et se dirigent vers les 2 côtés latéraux. Elles couvrent ainsi la région de raideur cervicale, préparant ainsi un traitement de qualité.

On relie enfin les 4 électrodes au fils, puis à l’appareil SKEEN PATCH BodyCorps.

Après le choix de la durée du traitement (30 minutes) et du programme (P3), la stimulation pourrait commencer. L’intensité choisie est souvent de niveau 6-7.

Le traitement étant aisé, il pourrait être fait par le patient lui-même.

Traitement des Céphalées de Tension par le Micro-Courant Régénératif du SKEEN PATCH BodyCorps

Traitement des Céphalées de Tension par le Micro-Courant Régénératif du SKEEN PATCH BodyCorps

Position des électrodes des 2 côtés latéraux de la nuque et sur le haut du dos.
Position des électrodes remontant sur les faces latérales de la nuque, assurant les résultats du traitement par le MCR

Position des électrodes remontant sur les faces latérales de la nuque, assurant les résultats du traitement par le MCR

L’action du MCR est rapide. Le soulagement apparaît quelques heures après 30 minutes de traitement. D’une façon générale, 3 à 5 séances de 30 mn de traitement permettent une amélioration réelle et stable de la maladie.

Les patients se sentent progressivement débarrassés des douleurs en casque et de l’étau qui a serré les tempes depuis des mois ou des années. La capacité de se concentrer, d’être plus vif, d’avoir moins de fatigue moins de somnolence, revient pas à pas.

La phase aigüe ou des crises s’éloignent et s’installe durablement une meilleure qualité de vie.

La première année, en raison de 2 fois par an, un contrôle radio-clinique permettrait le cas échéant d’adapter les traitements médicaux et les traitements complémentaires.

Conclusion

Maladie de société où le stress domine, les céphalées de tension sont difficiles à diagnostiquer et à traiter. Sans solution thérapeutique, l’histoire naturelle de la maladie évolue vers l’aggravation et la perte de la Qualité de vie.

Récemment introduit, le Micro-Courant Régénératif proposé apporte réellement des progrès en thérapeutique. Très vite, il lève des douleurs crâniennes chroniques.

Par ailleurs, le Micro-Courant Régénératif a le mérite d’être sûr et simple à appliquer.

Il pourrait être utilisé aussi bien par le médecin ou le masseur kinésithérapeute.

Lorsque le diagnostic de céphalées de tension a été bien établi, SKEEN PATCH BodyCorps pourrait être utilisé par le patient lui-même, à domicile.

 

Dr VO QUANG DANG Paul. Les Céphalées de Tension, 8 pages, Copyright décembre 2015